Le monde merveilleux d’Anne-Lise

Isolée et abandonnée dans ses quatre châteaux, Mme Jacquet imagine « son » village. Tout le monde serait beau.
Avec l’argent de ses sujets, elle présente en photo de couverture du dernier magazine « sa » famille artiguaise aux  sourires étincelants.
Dans ce monde chimérique, on ne crée pas… on rêve.
On n’assèche pas le budget… on l’assainit.
On n’a pas de projet… puisque tout est immatériel.

MagArtiguesFév16
Par contre, les investissements réalisés depuis deux ans sont tous issus de la majorité précédente à l’exception du stade de la-Plaine-d’en-Haut et des sanisettes.
Les autres projets, le développement économique de Cœur Feydeau, l’habitat jeune, la poursuite des travaux de voirie (Avenue de l’Église Romane notamment), l’aménagement du centre ville et bien d’autres, ont été lâchement abandonnés.
Cette famille artiguaise présentée en couverture, sous le nouveau logo de la ville d’Artigues-près-Bordeaux, serait-elle connue dans le monde entier comme en atteste les images glanées sur Internet ?

FamilleHeureuse
Réveillez-vous, mes amis. Il ne s’agit que d’un grossier emprunt…
Dans ce monde imaginaire, on ne ment pas… puisque tout est virtuel. Pourtant, la réalité rattrape cette municipalité, la princesse a perdu sa pantoufle de vair (ou de verre) et son carrosse s’est transformé en citrouille.
Cric-crac ! Mon conte est achevé / J’avais un petit sabot de verre / Si je ne l’avais pas brisé / Je vous le ferais voir.
(Charles Mouly, Mon sabot de verre, Contes et légendes des pays d’oc, Toulouse, éditions de Raffût, 2008).
What a Wonderful World : J’aperçois des arbres verts, Des roses rouges également, je les vois s’épanouir et je pense en moi-même, Quel monde merveilleux
(chanson de Bob Thiele et George David Weiss).

Publicités
Cet article, publié dans Actualité, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Le monde merveilleux d’Anne-Lise

  1. Bergougnoux Jean-Claude dit :

    Cette publication municipale n’est pas un outil de communication comme les autres.
    Elle doit obéir, à la fois, aux règles prévues par le Code général des collectivités territoriales et le droit commun de la presse.
    Financées uniquement par l’impôt, ces publications exigent de la rigueur, du respect, de la transparence, bref à mille lieux du comportement de Mme Jacquet qui prend « ses » sujets pour des personnes incultes.
    Cet article dénonce en creux les méthodes qui font fureur dans cette commune où tout n’est que communication, illusion, mensonge, inaction et amateurisme coupable. N’oublions pas que Mme Jacquet a créé le 1-09-2014 (alors qu’elle était maire) une entreprise de Conseil en relations publiques et communication, que sa chargée en communication est (ou était) salariée d’une société de promotion et d’organisation de spectacles et que son directeur de cabinet a été membre du collectif de la « Manif pour Tous ».
    Le monde enchanté de « l’Ile aux Enfants » vous dis-je !!
    Jean-Claude Bergougnoux

    J'aime

Les commentaires sont fermés.