Conseil Municipal du 20 juin 2016 : au pas de charge sans opposition

20160713 ImageCM

L’association Artigues J’Aime assiste en nombre à chaque séance du conseil municipal et partage les informations qu’on peut en retirer.

Que retenir du Conseil Municipal du 20 juin 2016 ?

Le procès-verbal de chaque séance finit par apparaître sur le site internet de la mairie… Mais avec un grand décalage dans le temps et dans une version rarement complètement fidèle. « Incidents techniques » prétend à chaque fois le maire, reconnaissant d’ailleurs ainsi que les débats ne sont pas complètement rapportés.

La séance du 20 juin, 3 mois jour pour jour après celle du 21 mars (ce rythme est le minimum légal : 1 conseil municipal par trimestre) était consacrée en grande partie aux questions budgétaires.

  • Présentation du Compte Administratif 2015 : c’est le bilan financier de l’année passée ;
  • Proposition d’un Budget Supplémentaire pour 2016.

Pour une analyse fouillée de ces documents, qui confirme les dérives dénoncées depuis deux ans, lire notre article « la sanction budgétaire ».

Une évolution négative

L’autofinancement depuis 2013

Premier étonnement dans le déroulé de cette séance : les 19 derniers élus restant encore autour du maire étant installés à la table du conseil depuis longtemps (avec pas moins de 9 cadres techniques de la ville présents en soutien juste derrière eux !), le maire ouvre la séance dès 18H51, pour un conseil convoqué à 19H… Pressés d’en finir avant d’avoir commencé ?… Probablement : la séance pourtant très copieuse de 26 délibérations fut cependant conclue dès 20H15 !

Deuxième étonnement : alors que le Conseil ne s’était pas réuni depuis 3 mois, une seule information sur l’activité de la municipalité du trimestre écoulé a été communiquée, par quelques mots du maire sur le repas des aînés (l’adjointe en charge des solidarités était absente). « Ce fut un succès », se gargarisa-t-elle, niant que l’affluence fut exactement la même que les autres années, même en remontant à dix ans.

Vint ensuite l’examen du procès-verbal de la séance précédente. La volonté (coutumière) du maire de masquer certains propos dérangeants fut confirmée… Les fameux « problèmes techniques », encore et toujours.

 

Très vite après a commencé l’examen des délibérations :

  • les 4 délibérations budgétaires ( « la sanction budgétaire ») ;
  • 16 autres délibérations ont été présentées, parmi lesquelles on a pu relever :
  1. Une modification du tableau des effectifs des agents municipaux, permettant de créer un poste d’agent de maîtrise parmi les personnels de catégorie C (exécution) et de transformer un poste, à catégorie B (rédaction) égale, du domaine socio-éducatif au domaine administratif, deux ajustements raisonnables dans la gestion des ressources humaines ;
  2. Une confirmation du projet lancé par la précédente municipalité de modernisation de l’éclairage public et de sécurisation de la voirie de la rue de la Courrège ;
  3. Le renouvellement de conventions de partenariat avec l’association UFCV Aquitaine pour des ateliers scolaires et périscolaires dans le cadre du Club Nature Gironde (Artigues s’était engagée dans cette démarche dès 2008), ainsi qu’avec le Conseil Régional de Nouvelle Aquitaine pour le dispositif « Sac Ados » existant depuis 2006 ;
  4. Deux initiatives intéressantes (quand une action nouvelle est positive, nous savons le reconnaître) de convention avec :
  • d’une part la société « Le livre vert » à Bordeaux afin de favoriser la collecte et la réutilisation des livres dont les Artiguais souhaitent se débarrasser (un bac de collecte est annoncé à la médiathèque) ;
  • d’autre part l’association Surf Insertion à Bordeaux afin de proposer aux 16-25 ans fréquentant notre Espace Jeunes d’allier découverte des sports de glisse nautique et initiation à l’écocitoyenneté ;

 

Mais… Troisième surprise, et de taille !

Deux délibérations inscrites à l’ordre du jour ont été étonnamment retirées pendant la séance alors qu’elles avaient été transmises aux élus la semaine précédente et surtout étaient attendues par les personnels municipaux, dont les représentants devaient examiner lors du comité technique paritaire convoqué préalablement le 15 juin. Elles concernaient d’une part les logements de fonction (au sein des châteaux Bétailhe, Feydeau, Lestrille, et d’une annexe du château de la Prairie) pouvant être mis à disposition de certains personnels à sujétions particulières, et d’autre part le régime des astreintes des agents. Le maire a prétendu (et la presse a relayé cette information) que ce comité technique paritaire avait été reporté faute de quorum côté syndicats, alors que les représentants syndicaux ont fait savoir qu’ils étaient bien présents. Le hic c’est que la raison de l’ajournement du Comité Technique est qu’ils ont dû se retirer face aux propos agressifs du maire à l’encontre de certains d’entre eux. Cette nouvelle manipulation du maire, qui a d’ailleurs conduit les 2 (derniers) élus d’opposition à quitter la séance dès 19H45, est un signal supplémentaire du climat de tension qui règne au sein des services municipaux. Le maire a renvoyé l’examen de ces sujets au « Conseil de septembre », laissant les agents dans l’expectative tout l’été… Et n’empêchant pourtant pas un agent d’occuper un logement de fonctions sans vote de la délibération…

On aurait apprécié que le journal SUD-OUEST, qui était bien présent à cette séance et qui a mis en avant ces versions contradictoires dans un article publié le 22 juin, exerce complètement son devoir d’information et donne la parole à tous : représentants du personnel, élus municipaux, présents lors de ce Comité Technique Paritaire.

 

De nouveau, une séance menée tambour battant et sans opposition pour l’essentiel de l’ordre du jour, qui a confirmé que la transparence et la concertation ne guident pas l’action de la municipalité.

Vous vous souvenez d’ailleurs des promesses du maire en mars 2014 (engagement n°14 : « instaurer régulièrement des réunions spécifiques à chaque quartier »), ou beaucoup plus récemment des vœux du 6 janvier 2016 (le maire y annonçait la tenue prochaine de 3 réunions publiques sur le budget, sur le Plan Local d’Urbanisme, et sur la nouvelle charte de communication de la commune) ; aucune de ces intentions ne s’est concrétisée, le débat public étant plus redouté que jamais.

Peut-être que le prochain conseil municipal, attendu avant le 20 septembre, permettra enfin à la démocratie locale de vivre un tant soit peu ! Probablement un vœu pieux, tant ce maire est autoritaire et craint la parole des citoyens, élus ou non.

Et si la démocratie est étouffée au sein du Conseil Municipal, aux Artiguais de la faire vivre par d’autres moyens, en particulier par l’action associative et citoyenne.

Publicités
Cet article, publié dans Actualité, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Conseil Municipal du 20 juin 2016 : au pas de charge sans opposition

  1. Elodie dit :

    Bonjour,
    Merci pour nous donner des infos sur la gestion de notre ville.
    Mon inquiétude exprimée il y a quelques temps semble bien réelle. Mais que font les conseillers municipaux ?? Ils sont aveugles, incompétents ou tout ça à la fois?

    Aimé par 1 personne

  2. j dit :

    bonjour
    bien gentils avec les 2 « fades conseillers ps qui en faisant de la figuration, en effleurant les détails pour oublier l’essentiel confirment à chaque réunion que non seulement ils n’ont pas été solidaires de leurs anciens co listiers, sans doute quelques ambitions personnelles (à ce titre voyez leur page fb….), mais coincés dans la défense incompréhensible d’un gouvernement aux abois qui a trahi tous les engagements et les valeurs de la gauche et enlève aux municipalités de précieux moyens.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.