Urbanisme : crispations de mâchoires du maire, pour rien.

Faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais… Depuis le début de son mandat, les déclarations tonitruantes du maire et ses crispations de mâchoires ne sont pas pour elle-même.

Et s’il devait y avoir une année où on doit débattre d’urbanisme, c’est bien 2016 !plu_3-1En effet, 2016 est l’année au cours de laquelle le nouveau Plan Local d’Urbanisme (PLU) élaboré par la Métropole et ses 28 communes dont Artigues, bordeauxmetroa fait l’objet d’une enquête publique en fin d’hiver dernier (le rapport d’enquête a été rendu public en juin dernier, relatant en particulier les observations des Artiguais qui se sont déplacés pour échanger avec le commissaire enquêteur), avant d’être adopté par les élus municipaux puis par ceux de la Métropole en fin de cette année. Ce nouveau Plan, qui combine urbanisme, habitat et déplacements, est bien plus ambitieux que le document actuel adopté en 2006 puisqu’il a pour objectif d’organiser notre Métropole et ses communes afin de répondre aux besoins croissants en logements, moyens de déplacements, zones d’emplois et de commerces, équipements publics, tout en préservant les espaces naturels existants ainsi qu’en faisant entrer la nature dans la ville, dans un contexte de forte croissance démographique de notre département.

 

Mais à Artigues, tout semble malheureusement figé depuis 2014 : pas de débat, aucun projet.

 

Il faut d’abord savoir qu’Artigues est probablement la seule commune à ne pas compter dans sa municipalité un élu délégué à l’urbanisme ; depuis la brutale éviction de l’adjoint en charge de ces dossiers (comme celle simultanée de 2 autres adjoints entraînant la démission de 5 autres conseillers municipaux) dès 2015, moins d’un an après le début du mandat de Mme Jacquet, cette dernière gère seule ce vaste sujet, comme bien d’autres d’ailleurs.

Pas plus de débat avec les citoyens puisque l’observatoire de l’urbanisme a été supprimé qui a permis pendant 6 ans à des Artiguais tirés au sort parmi les volontaires de se faire présenter les règles d’urbanisme et les projets sur la commune. Ont aussi disparu les réunions de quartiers pourtant très appréciées. Enfin, aucune réunion spécifique au PLU n’a été organisée contrairement à l’engagement pris lors des vœux à la population formulés par le maire le 6 janvier 2016.

 

Ce manque total de transparence et de concertation s’ajoute à la volonté affichée de geler toute évolution de notre ville. Les exemples les plus flagrants de figer tout développement sont :

  • l’arrêt brutal du projet de résidence pour les jeunes de 16 à 30 ans qui avait été préparé par la précédente équipe municipale avec l’association spécialisée HABITAT JEUNES sur un terrain public (acheté dans ce but par la CUB, devenue Métropole) rue du Béguey ; une vingtaine de studios réservés aux jeunes travailleurs, étudiants, apprentis devait permettre de répondre aux besoins d’autonomie de notre jeunesse se lançant sur le chemin du travail ;
  • l’arrêt non moins brutal du projet bien avancé de création d’une zone commerciale avenue Ile de France dans laquelle l’enseigne DECATHLON devait s’implanter attirant dans son sillage plusieurs magasins et dont les ambitions qualitatives devaient permettre de requalifier un secteur aujourd’hui vieillissant en particulier par un recalibrage des voiries. Ce projet aurait été financé en grande partie par les investisseurs privés, incluant un volet déplacements doux (vélo) et par des exigences architecturales et environnementales sur les bâtiments commerciaux ;
  • les tergiversations autour du projet de résidence d’habitat avenue du Mirail (terrain de 3 000 m2 vendu par un particulier en 2013 à un promoteur) dont le permis accordé par la municipalité précédente à la société MIXCITES le 17 février 2014 prévoyait 39 logements dont 20 locatifs sociaux avec le bailleur Gironde Habitat, projet qui après un transfert vers un autre promoteur ( TAGERIM PROMOTION), a finalement été confirmé en 2015 et ajusté en 2016, et même densifié avec désormais 45 appartements dont 21 locatifs sociaux qui seront gérés par Gironde Habitat.

 

Malgré la posture de façade du maire affichant un refus de toute nouvelle construction, juridiquement, économiquement, sociologiquement complètement irréaliste, politiquement démagogue et hypocrite (le maire est aussi vice-présidente de la Métropole, elle vote avec ses collègues des objectifs ambitieux de construction de logements), 2 permis significatifs pour des résidences ont été délivrés en 2016 :

  • Permis du 20 juin 2016 pour le promoteur KAUFAMN et BROAD : résidence LES JARDINS D’ARTICA avenue du Peyrou avec 24 maisons de ville de 2 ou 3 chambres, à 1 étage (hauteur 7,12 mètres), livrées au printemps 2018, pour une surface cumuléeartica de 1 966 m2, sur un terrain de 6 490 m2, avec démolition de la maison existante de 230 m2; 4 maisons en logements locatifs sociaux [la loi Solidarité Urbaine qui exige 25% de logements sociaux aurait dû conduire à en prévoir au moins 6, d’autant qu’une partie du terrain portant le projet avait été préempté par la CUB à la demande de l’ancienne municipalité en vue de favoriser un projet de mixité sociale], et 20 en accession à la propriété vendues sur plan de 216 000€ (T3) à 256 000€ (T4) ;
  • Permis du 17 mai 2016 pour le promoteur TAGERIM : résidence HORIZON BLEU avenue du Mirail avec 45 appartements de 1 à 3 chambres, à 2 étages (hauteur 8,50 mètres), livrées fin 2017, pour une surface cumulée de 2 700 m2, sur un terrain de 3 100 m, avec démolition de la maison existante de 260 m2; 21 locatifs sociaux, et 24horizon-bleu en accession à la propriété vendus sur plan à partir de 149 000€ (T2) ; lors d’une réunion d’information des riverains tenue le 27 janvier 2016, le maire a promis que 3 studios seraient réservés à des jeunes travailleurs, il faudra veiller au respect de cette promesse…

A noter aussi… un permis de lotir pour 5 lots à bâtir avenue du Peyrou (lotissement « La Châtaigneraie »), selon la délibération 2016/34 adoptée lors du conseil municipal réuni le 20 juin 2016, séance au cours de laquelle aucun plan n’a été communiqué.

On le voit : des crispations de mâchoires du maire en public et dans les journaux pour pas grand-chose… Rien que de l’esbroufe…

Publicités
Cet article, publié dans Actualité, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.