Les ex-élus de la gauche reviennent à la charge

Sudouest

par Dominique Andrieux

20161123-photo-bureau-sud-ouestDominique Lesbats (au centre) entourés de Patrick Rebillon, Claire Winter, Bertrand Naud et Jean-Claude Bergougnoux (de gauche à droite). © PHOTO D.A.

Dominique Lesbats, ex-leader de l’opposition, et une partie des personnes présentes sur la liste de gauche, ont créé une association en vue des prochaines municipales.

Artigues-près-Bordeaux compte depuis le 2 juillet (parution au journal officiel) une nouvelle association portant le nom d’Artigues j’aime (AJ’A). Si l’on ajoute qu’elle est présidée par Dominique Lesbats – le socialiste qui conduisait la liste de gauche aux dernières municipales, qui a démissionné du Conseil municipal en même temps que quatre de ses collègues en octobre 2015 – beaucoup d’Artiguais penseront à raison que cette AJ’A s’inscrit sur le terrain de la politique.

« Après notre démission, nous avions dit que nous continuerions l’action sous une autre forme », indique Dominique Lesbats lors d’une présentation à la presse, hier. Bertrand Naud, le secrétaire, prend le relais pour préciser l’objet de l’association : « rassembler les citoyens de force de progrès qui souhaite s’engager sur un projet municipal pour Artigues et préparer ainsi la prochaine élection municipale… »

C’est d’une limpidité totale, un engagement à double détente à destination de la maire Anne-Lise Jacquet (Communauté d’avenir) que les ex-élus de gauche n’ont de cesse de critiquer et par ricochet, des deux conseillers municipaux socialistes constituant l’opposition du Conseil municipal.

L’ancien maire PS Jean-Claude Bergougnoux – lui aussi démissionnaire en début de mandat – souligne que l’association souhaite « rassembler la gauche plurielle, la gauche citoyenne, qui n’est pas enfermée, enclavée dans les partis politiques ».

En vue de composer une liste

Europe Écologie Les Verts y est représenté par Éric Belet, un des cinq démissionnaires à l’automne 2015, auquel s’ajoute Claire Winter. Selon Dominique Lesbats, l’association rassemble « plus de la moitié des 27 personnes qui étaient sur la liste » et qui ont, soit démissionné de leur poste de conseiller municipal, soit refusé de les remplacer. Bertrand Naud y voit « la filiation historique de l’association ».

La constitution de cette entité politique est faite pour répondre aux difficultés de communication et d’information rencontrées par le groupe, devenu en quelque sorte anonyme depuis sa désolidarisation des élus restés en poste. L’identité étant désormais posée, ses membres projettent d’aller à la rencontre des Artiguais sous des formes en cours de réflexion.

Leur principale cible est la politique menée par la majorité, plus précisément celle de la maire Anne-Lise Jacquet. « Hausse des charges du personnel sans que cela ait profité aux services, absence de vision pour la commune, déni de démocratie, etc. » Les adhérents ont clairement leur plan de bataille en tête. « Nous proposerons des réunions publiques, encore faut-il que Mme Jacquet veuille bien nous accorder une salle municipale », commente Jean-Claude Bergougnoux. Et d’ajouter que leur demande d’un local pour accueillir l’assemblée générale constitutive de l’association est « restée sans réponse depuis deux mois maintenant ».

L’AJ’A se positionne en vue des prochaines élections municipales. Un tremplin en vue de la constitution d’une liste « rassemblant des citoyens adhérant aux valeurs de la gauche » ? « Nous travaillons à cela », annonce clairement le président, Dominique Lesbats.

Publicités
Cet article, publié dans Actualité, Association AJ'A, Lu dans la presse, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.