Terrains de La Blancherie : une occasion manquée

 

La récente adoption du nouveau Plan Local d’Urbanisme (PLU) de la Métropole et donc aussi celui de notre commune, fin 2016, sans aucune présentation préalable à la population (contrairement à la promesse du maire formulée lors des vœux à la population le 6 janvier 2016), a révélé un conflit entre la Métropole, la commune de Cenon et la commune d’Artigues qui aurait pu être évité.

201701-piscine-cenon

Source : Site de la ville de Cenon

Ces collectivités divergent en effet sur l’avenir des terrains de la Blancherie, boulevard Feydeau, sur lesquels s’opposent plusieurs options ouvertes par la fermeture programmée à court terme de la piscine gérée par Cenon.

La Métropole a proposé au préfet ces terrains de la Blancherie (parmi trois, les deux autres terrains se situant respectivement à Bassens et Ambarès) pour l’installation d’une aire de grand passage pour les gens du voyage d’une capacité d’environ 200 caravanes. Notre agglomération propose déjà deux aires, l’une à Bordeaux et l’autre à Mérignac, la Métropole de Bordeaux envisage donc ainsi la création d’une troisième aire sur la rive gauche. La commune de Cenon souhaite quant à elle vendre ces terrains de la Blancherie après fermeture de la piscine du même nom, vieillissante, et déplacement des terrains de football. Elle est propriétaire des terrains, elle souhaite les vendre à des promoteurs immobiliers et récupérer ainsi un financement de son projet de nouvelle piscine programmé au parc du Loret pour 2018. La capacité de constructibilité à la Blancherie envisagée par la municipalité de Cenon permettrait l’édification d’environ 400 logements. La municipalité d’Artigues s’oppose aux deux projets concurrents mais n’annonce aucun projet alternatif pour ce secteur.

L’association Artigues J’aime considère que la position de ces terrains ne se prête pas à l’habitat (proximité immédiate de la rocade, de l’incinérateur, de la ligne haute tension). Ces terrains sont entourés d’activités économiques, le quartier éloigné des équipements publics. AJA regrette que la vocation de zone économique et commerciale d’une part, d’équipement publics en particulier sportifs d’autre part, de ce quartier de notre commune n’ait pas été confortée à l’occasion des nouveaux documents d’urbanisme réglementant l’utilisation de ces terrains. La municipalité précédente avait d’ailleurs choisi un zonage de ce secteur dans le PLU qui l’orientait vers l’entreprise et/ou l’équipement public et ne permettait pas l’habitat. Un projet de logements contraire à ces objectifs a ainsi pu être bloqué.

L’impasse actuelle, qui dégénère en conflit juridique, était malheureusement prévisible à partir du moment où Mme JACQUET a rejeté dès le début de son mandat un projet de développement commercial de qualité, générateur d’emplois, qui avait été préparé par la précédente municipalité d’Artigues et l’ex CUB (projet « Cœur Feydeau », présenté à la population en 2013, situé avenue Ile de France et au sud du boulevard Feydeau, qui devait permettre l’installation entre autres de l’enseigne Décathlon) et qui aurait aussi permis de valoriser le potentiel commercial du foncier situé au nord du boulevard Feydeau (la Blancherie…).

L’absence de projet alternatif et de vision du développement de la commune caractérisant la position de l’actuelle municipalité risque fort de se retourner contre les intérêts de notre commune.

Publicités
Cet article, publié dans Actualité, Association AJ'A, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.