Conseil municipal, encore une séance pour rien!

Conseil municipal du 8 février 2017

L’association de citoyens Artigues J’Aime a assisté, comme à son habitude, à la séance du conseil mercredi 8 février. Nous avions l’espoir que l’annonce de son ordre du jour dans le journal quotidien local -une première que nous saluons- annonçait une volonté de faire enfin de cette instance un lieu de partage d’informations et de débat.cm

Malheureusement, nous avons très vite déchanté ! La tension a été permanente, empêchant tout échange et conduisant à écourter de nouveau la séance (à peine une heure pour 15 délibérations, précédées de la présentation du rapport annuel d’activité de la Métropole et des décisions du maire).

De nouvelles longues polémiques sur les comptes rendus des séances précédentes ont pollué la première partie de la séance. Il est vrai qu’on peut être consterné de l’incapacité de la municipalité à retranscrire fidèlement les propos des uns et des autres malgré les moyens techniques performants mis en place pour les enregistrer.

Une conseillère municipale encore absente…

L’absence quasi permanente depuis des mois d’une conseillère de la majorité, absenteconseiln’ayant même pas donné de pouvoir de vote cette fois-ci, et qui confirme que la majorité municipale, réduite à 19 élus, engendre de fait un conseil municipal incomplet dont la légitimité dans le temps n’est plus assurée que par la présence des élus de l’opposition.

Le rapport de la Métropole expédié

La présentation du rapport d’activité 2016 de la Métropole aurait dû être un moment fort de la séance tant les compétences et les réalisations de celle-ci sont importantes pour notre commune (transports, urbanisme, environnement, économie,…) ; Mme Jacquet, maire et vice-présidente de cette grande collectivité, a expédié en moins de deux minutes ce qui aurait dû être l’occasion d’un compte rendu, de son mandat en particulier (l’eau et l’assainissement d’une agglomération de 750 000 habitants), et a invité les personnes intéressées à lire le document sur internet !!!

Parmi les 15 délibérations soumises au vote, on retiendra

  • Le maintien des taux d’imposition communaux, inchangés depuis 7 ans, la très bonne situation budgétaire constatée en fin de mandat précédent permettant encore à la nouvelle municipalité d’absorber la dérive récente des charges de fonctionnement au prix d’une forte contraction des investissements sans demander d’effort fiscal ;
  • Une extension de la délégation de signature donnée au maire par le conseil municipal lui permettant désormais de se passer des conseillers pour certaines décisions;
  • L’adoption du régime des astreintes des agents municipaux et du régime des logements de fonction, délibérations reportées à plusieurs reprises l’an dernier compte tenu de l’impossibilité à obtenir un avis favorable du comité technique paritaire, et sans que l’avis du comité de nouveau réuni le 8 décembre dernier ait été porté à la connaissance des conseillers;
  • La participation de la commune à la protection sociale complémentaire pour les agents municipaux et l’adhésion de la commune au service de conseil en prévention du Centre de Gestion de la Fonction Publique, démarches qui vont dans l’intérêt des agents ;
  • L’adhésion de la commune à un groupement de commandes coordonné par le SDEEG (syndicat départemental de l’énergie électrique de la Gironde) pour l’achat d’énergie à un coût maîtrisé ;
  • La poursuite du PIG programme d’aide à l’amélioration de l’habitat privé lancé en 2011 en particulier pour le maintien à domicile des personnes âgées et pour la maîtrise des dépenses énergétiques (1 seul foyer artiguais a été subventionné cette année, pour 627 euros, nous souhaitons que ce programme soit mieux valorisé) ;
  • La signature d’une convention pour le PIJ (Point Information Jeunesse) avec le Centre Régional Information Jeunesse et l’État ; les élus n’ont pas détaillé le contenu de cette convention et il est donc impossible aux citoyens de se faire un avis ;
  • L’adoption du projet éducatif et pédagogique et du règlement de fonctionnement de la structure municipale multi-accueil Les Petits Bonheurs, qui permet un élargissement des horaires d’ouverture jusqu’à 18 heures et les mercredis après midis ; rappelons que le projet de rénovation extension de la structure avait été mis au point en 2013 par la majorité précédente, les travaux étant en cours d’achèvement ;
  • La poursuite des séjours enfants pour l’été 2017 avec un maintien des tarifs 2016, pour 4 séjours avec 14 places chacun ;
  • L’adoption des tarifs pour le spectacle de musique classique «  Pique nique chic » dans le parc Feydeau le 27 août prochain (19€ entrée avec pique nique, 18€ la bouteille de champagne) ;

En toute fin de séance, le maire a consenti à répondre à une question que lui avait transmise en amont un conseiller d’opposition, Jean-Christophe COLOMBO, sur l’avenir de la piscine et des terrains de la Blancherie boulevard Feydeau.

Le maire a fait semblant de ne pas savoir que cette piscine, appartenant à la ville de Cenon et dont profitent aussi les Artiguais, était fermée quasi définitivement (alors que même Sud-Ouest l’a confirmé). Mais elle a enfin évoqué publiquement son opposition au projet du maire de Cenon de vendre les terrains à des promoteurs immobiliers qui souhaitent implanter 400 logements (1 200 personnes qui auraient alors besoin des services publics artiguais) ainsi qu’à ceux de son président de Métropole qui a proposé au préfet ces terrains pour y implanter une aire de grand passage pour les gens du voyage. Elle a exprimé son souhait d’y voir une « zone artisanale ». La presse évoque ce blocage juridique et politique depuis plus d’un an mais Mme JACQUET ne voit pas l’intérêt d’en débattre avec les Artiguais, l’adoption du nouveau PLU fin 2016 n’ayant été précédé d’aucune réunion publique contrairement à ses promesses formulées lors de ses vœux à la population le 6 janvier 2016 !

Bilan de cette séance : le conseil municipal artiguais, une instance démocratique encore affaiblie…

Tous les dossiers étaient potentiellement très intéressants et tous auraient mérité d’être explicités avec pédagogie et respect aux élus comme au public. Il n’en fut rien, le maire n’en n’ayant ni l’envie, ni la capacité malgré les nombreux soutiens administratifs et techniques l’entourant en séance.

Ce conseil municipal a eu lieu avec un groupe majoritaire rétrogradé à 19 membres.

Nous sommes consternés de l’image renvoyée par l’instance démocratique de la commune qui fait fuir le public un peu plus à chaque séance. À cette allure, les cadres municipaux et les conjoints d’élus seront bientôt plus nombreux que les citoyens Artiguais à assister aux séances du conseil.

Et nous ne sommes donc pas pressés d’en voir les images filmées par les 3 caméras d’une société de production locale que le maire avait autorisé à enregistrer la séance !

Publicités
Cet article, publié dans Actualité, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.