« Réunions de quartiers », épisode 2, Bétailhe

Bétailhe

Nous poursuivons la restitution des 3 réunions de quartiers par la réunion du mercredi 29 mars 2017, de 19 H à 20 H 30, à la grange Bétailhe, concernant les quartiers du centre ville et de Bétailhe.

 

Vous avez manqué : « Réunions de quartiers », épisode 1, Lestrille ? C’est par ici.

Cette fois encore, trois quarts d’heure ont été consacrés à la valorisation du bilan de mi-mandat (lire notre article publié le 25 avril dernier). Nouveau monologue du maire dont on retiendra -très anecdotiquement- ce soir là, une formule à l’immodestie monumentale de notre édile :

« Isolation phonique : vous en avez rêvé, Jacquet l’a fait ».

Cette formule est allée jusqu’à surprendre ses adjoints, c’est dire…

Plus intéressant, on a noté une expérience, à saluer, d’enherbement des allées du cimetière afin de ne plus utiliser de désherbants, ainsi que l’annonce de l’installation de nouvelles toilettes sèches à proximité du cimetière.

La parole a ensuite été donnée à la salle.

Questions des Artiguais(es) / réponses du maire :

Annonce par la presse (Sud-Ouest) de projets de logements sur la zone de la Blancherie boulevard Feydeau.

Le maire explique la situation de ces terrains communaux de la ville de Cenon que cette dernière a mise en vente entraînant la fermeture définitive de la piscine et le déplacement des terrains de foot ultérieurement ; la Métropole a gelé ce secteur, comme deux autres sur la rive droite (à Bassens et Ambarès) afin d’implanter une nouvelle aire de grand passage pour les gens voyage sur 4 hectares (presque la moitié du terrain actuellement propriété de Cenon) et a inscrit cette réservation dans le nouveau Plan Local d’Urbanisme (PLU) voté par les élus de la Métropole le 16 décembre 2016 (les maires d’Artigues et de Cenon ont tous deux voté contre le PLU) ; parallèlement, la mairie de Cenon a retenu l’offre d’achat proposée par le promoteur PICHET qui accepte de payer 14 millions et demi pour l’ensemble des 9 hectares afin d’y construire 580 logements. Cela représente plus de 2 000  nouveaux habitants, au milieu de nuisances environnementales évidentes (rocade, incinérateur, ligne haute tension) et qui déborderaient les capacités d’accueil de notre commune. Le maire précise qu’elle a fait part au président de la Métropole Alain JUPPE de son refus du projet pour les gens du voyage au motif que les convois de caravane seraient inacceptables pour les voiries de la commune (argument recevable ?), et au maire de Cenon Alain DAVID de son refus d’un projet de logements (le PLU prévoit le développement d’activités économiques sur cette zone). Le maire étant responsable de la signature des permis de construire sur ces parcelles faisant partie du territoire d’Artigues, elle affirme refuser tout permis pour ces deux projets.

 

Avenir de l’entrepôt de 4 000 bouteilles de gaz installé par la société CD TRANS avenue du Peyrou depuis le 26 décembre 2016 (en provenance de Bassens).

Le maire affirme que la société CD TRANS est d’accord pour quitter le site qui est inadapté pour ce type d’activité, qu’elle en a discuté avec ses dirigeants, avec le Préfet, et avec la DREAL (ministère de l’environnement), ainsi qu’avec le propriétaire du terrain (SCI Saint Michel) loué à CD TRANS ; depuis la réunion publique organisée en mairie suite à la réaction des riverains cet hiver (lire nos articles sur le sujet), le maire a mené des discussion avec d’autres maires dont celui d’Ambès pour localiser des terrains acceptables pour cette activité dangereuse ; CD TRANS cherche un terrain à acheter ; CD TRANS bénéficie toutefois d’un bail de 18 mois (jusqu’à l’été 2018) ; le maire annonce « suivre le dossier au jour le jour » ;

Vente de l’hôtel « Formule 1 » (avenue du Mirail) pour l’accueil de réfugiés ; des habitants du lotissement Tout Y Faut font part au maire du projet de vente de cet hôtel à l’État.

Le maire, surprise, se dit non informée. L’hôtel a cependant toujours accueilli des réfugiés en transit, pour quelques nuits seulement (des ukrainiens y séjournaient à la date de la réunion). Elle promet d’aller rencontrer le directeur pour obtenir des informations. Sollicitée sur le même sujet en fin de réunion, elle affirme : « On a notre part à prendre dans la prise en charge des réfugiés », et elle regrette que les enfants scolarisés ne parlant pas français ne soient pas accompagnés, ce qui déstabilise les enseignants qui font leur maximum.

Complément d’information AJA : SUDOUEST a confirmé le projet, et en a exposé les modalités dans son édition du 8 mai 2017 (joint).

Piste cyclable avenue de l’église Romane.

Une Artiguaise demande quand la piste cyclable interrompue au niveau de la rue Charles Perrault jusqu’à la rue des fauvettes sera poursuivie ; le maire précise que l’opération a été suspendue en 2014 pour donner la priorité à la création du giratoire devant le supermarché Simply Market et que cela se fera en 2019…

Absence de passage piétons sur l’avenue de l’église Romane à la sortie de la rue des Fauvettes (avec néanmoins présence d’un abri bus nécessitant de traverser l’avenue).

Le maire répond que ce sera prévu dans la poursuite de l’aménagement de l’avenue.

Vitesse excessive des véhicules rue des Fauvettes.

Le maire répond que ce sera à réfléchir dans la poursuite de l’aménagement de l’avenue.

Aménagement de l’avenue du Périgord.

Le maire indique que des études sont à lancer au prochain contrat de co-développement avec la Métropole… mais que « cela ne se fera pas demain »…

Constructibilité des espaces verts du lotissement du hameau de l’église Romane (des riverains signalent la présence de géomètres).

Le maire répond que les espaces longeant la rocade sont gérés par la DIRA (État) et que pour les espaces communs du lotissement elle n’a pu s’opposer aux permis de construire déposés par les acheteurs [commentaire de l’AJA : la précédente municipalité avait refusé les permis déposés, et avait inscrit l’inconstructibilité de ces espaces dans le cadre de la révision du PLU – Plan Local d’Urbanisme – voté en décembre 2016] ; le maire promet qu’elle viendra voir les riverains avec son agent chargé du suivi de la voirie.

Isolation phonique de la rocade le long du quartier Bétailhe.

Le maire indique que « cela dépend de l’état mais que la rive droite sera traitée en fin de course car l’élargissement à 3 voix de la rocade rive gauche est privilégié », qu’il faudra donc « patienter », mais qu’elle sensibilisera la DIRA qu’elle aura « sous la main » pendant les travaux de protection phonique le long de la N 89.

Stationnement compliqué dans les rues étroites des lotissements proches du boulevard, les rues concernées peuvent-elles être mises à sens unique ?

Le maire promet « je vous envoie Thierry Balan, si la demande est raisonnable, il n’y a pas de problème, cela a été fait rue Andersen ».

Bouchons fréquents au carrefour de la pharmacie, un giratoire est il possible ?

Non, répond le maire, car il faudrait abattre le pin parasol et réduire le parking de la pharmacie ; un riverain ajoute que le réglage des feux est une bonne solution.

Rumeur d’une ouverture complète du boulevard des oiseaux.

Rumeur sans fondement.

Évolution du centre ville (résultats de la concertation IN SITU menée l’hiver dernier).

Le maire précise que « la création d’un gymnase et d’un dojo sont dans la corbeille des études, que nous aurons la réponse en septembre » et qu’un cycle de réunions publiques sera proposé sur le sujet.

Besoin de Maison de retraite sur la commune.

Un terrain près du centre ville [commentaire AJA : allée Bel Air, démarche lancée en 2013 par la précédente municipalité] a été fléché au PLU pour un équipement d’intérêt général mais cette indivision familiale n’est pas encore en vente ;

Aménagement du lotissement du pré du hameau de l’église Romane (après la déconstruction des 17 maisons rachetées par la métropole), qu’en est-il du projet de création d’une aire de covoiturage dans le lotissement ?

Le maire élargit la question en confirmant et en indiquant qu’il faut en créer aux entrées et sorties de la ville, par exemple dans le cadre du futur aménagement d’INTERMARCHE.

Création de stations de vélos en libre service (VCUB).

Le maire précise que celle installée sur le giratoire boulevard Feydeau/avenue de l’église Romane ne « marche pas du tout » (2ème plus mauvais taux d’utilisation de tout le réseau de la métropole), en particulier car il n’y a pas de stationnement à proximité, et que cela sera repensé dans le plan cyclable inscrit au prochain contrat de co-développement avec la Métropole, grâce auquel une piste sera prolongée boulevard Feydeau jusqu’à Tresses ; elle ajoute que la mise à disposition de vélos à assistance électrique serait plus intéressante sur notre commune. [commentaire AJA : bonne idée]

Développement de la fibre sur la commune, mode d’emploi ?

Le maire répond que l’opérateur ORANGE est à solliciter, qu’un lien d’accès à l’information sera disponible sur le site internet de la mairie, et que toute commune sera équipée d’ici 2020.

Déploiement des nouveaux compteurs électriques LINKY sur la commune en 2018, quelle est la position du maire ?

Le maire répond qu’une délibération du conseil municipal s’opposant au déploiement serait annulée par le préfet car « c’est une obligation de l’état »… mais fait part de son opposition personnelle « Moi, je suis contre » car ces compteurs sont source de pollution et ne sont pas conformes au développement durable, leur coût pose également question ; elle ajoute qu’une réunion publique sera proposée avant la campagne d’installations et invite les Artiguais à venir nombreux poser leurs questions à ENEDIS ; elle recommande de cocher la case « je ne veux pas que mes données soient réutilisées » sur le contrat, et même de refuser les rendez-vous d’installation qui seront sollicités avec insistance par ENEDIS (« ils viendront changer le compteur quand vous vendrez votre maison »).

Chiche, tiens !! Rendez-vous pour toutes les réunions publiques annoncées : projet INTERMARCHE, projet centre ville, LINKY.

 

Publicités
Cet article, publié dans Actualité, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.