Central Parc à Artigues

À Artigues, tout se tient : la place du centre se nomme place du Parc et le Central est l’enseigne commerciale d’un commerce… du centre.
Tout se tient, sauf que le parc de la mairie n’est pas ouvert sur le centre-ville !!
Pire, aux dires de Mme le maire ce parc est mal utilisé, trop fermé, replié sur lui-même. De surcroît, les passages empruntés par les promeneurs pour se rendre auprès des commerces établis place du Parc sont obstrués… par les écoles.

De là à démolir une école pour ouvrir le parc, il n’y avait qu’un pas.

Un pas très allègrement franchi lors de la réunion publique du jeudi 30 novembre, au cours de laquelle Mme le maire tenta de nous présenter son projet urbain pour 2020/2030 ; projet piloté par les sociétés d’architecture Chloé Bodart / Construire et Selva & Maugin, établies à Bordeaux.
Mme le maire proposa -tout simplement !- de détruire l’école maternelle du Parc qui obstrue le passage ; pour la reconstruire ailleurs, à côté de l’église, avenue de l’Église Romane. « Sans arracher d’arbres », s’empressa-t-elle de préciser.
Comme si cela ne suffisait pas, elle va adjoindre à cette nouvelle maternelle une partie de l’école élémentaire, créant ainsi un nouveau groupe scolaire d’une quinzaine de classes.

Rien ne vous choque ? Nous si !

Outre le fait que la présentation en réunion publique de cette opération de démolition-reconstruction est irréfléchie et totalement surréaliste, démolir une école pour ouvrir le parc de la mairie ne constitue pas un projet urbain.
Quid du site de l’ancienne école Bel-Air ? Pour le moment, rien. Manque d’idées, pas de projets.
Bientôt quatre ans de mandat pour en arriver là.

Un peu de bon sens !

Celles et ceux d’entre-nous qui connaissent bien la commune et l’aiment savent que ce « centre-ville » a été inventé de toutes pièces il y a 25 ans.
En 1991, le maire de l’époque informe la population de sa décision de créer un centre-ville, sans chercher à savoir si le cœur dynamique de la ville battait à cet endroit. Cette grande nouvelle fut annoncée en ces termes dans le bulletin municipal : « Le centre-ville vient à son heure… Mais pour vivre et prospérer, un minimum de population est indispensable… Le seuil est maintenant atteint pour créer ce centre ». Disait-il. Dont acte !

Publicités
Cet article a été publié dans Actualité. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Central Parc à Artigues

  1. Elodie dit :

    Merci pour vos informations.
    Pour que vive la démocratie, il faut un pouvoir qui décide, et un contre pouvoir qui informe.

    J'aime

  2. Elodie dit :

    Merci pour vos informations. Dans une démocratie il y a le pouvoir qui décide mais il faut un contre pouvoir pour informer, et que vive la démocratie.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.